Théorie : Personnalités dans un groupe

Sujets : Gestion de groupe Rôle de l'animateur
J'aime
1 Star1
Loading...
Guide de l'animateur (PDF)

Si vous avez trouvé cette
animation utile :

Abonnez-vous à la newsletter

Prendre part à un groupe n’est pas aussi anodin qu’il le paraît ; l’individu doit affronter certaines barrières pour y participer. C’est important que l’animateur/trice d’un groupe biblique en soit conscient(e). C’est aussi bienfaisant pour la vie (et survie) du groupe que l’animateur sache repérer et gérer les différents types de personnalité souvent présents dans le groupe.


Le groupe et l’individu

Personnalisé et même personnifié par ses membres, le groupe a une vie propre qui met l’individu sous tensions ; il a peur notamment de voir sa propre personnalité s’effacer ou se diviser sous la pression du groupe.

Le groupe est créé par les individus, mais le groupe influence en retour les comportements de l’individu. L’influence du groupe sur l’individu est avant tout de nature affective. Par moments, le groupe représente une ressource et une sécurité, et à d’autres moments, une menace existentielle.

Le besoin de sécurité face à la menace que représente le groupe se traduit par :

  • la recherche de similitudes pour être reconnu comme membre du groupe
  • la recherche de singularité
  • l’attente de l’approbation de l’autre
  • l’émergence de standard de conduite entre le groupe et l’individu
  • Cela peut constituer une limite à l’efficacité du travail en groupe.

Ce qui fait avancer un groupe, c’est l’expression des idées originales et la possibilité de les confronter dans un climat de respect.

Les représentations que la personne a du groupe – issues de ses expériences passées – influencent aussi son comportement.

L’image peut être positive – le groupe représente :

  • l’occasion de faire valoir ses dons et ses capacités
  • la possibilité de s’affirmer par le soutien des autres
  • l’occasion de s’enrichir par les compétences et les personnalités des autres
  • un cadre défini dans lequel chacun peut trouver sa place.

L’image peut être négative, du fait de :

  • difficultés de prendre des décisions
  • la présence de conflits
  • la stérilité des échanges, la perte de temps, l’inefficacité
  • la manipulation par ceux qui ont le pouvoir.

Quelques types de personnalités

Chaque groupe a ses personnalités marquées, dont certaines se retrouvent de groupe en groupe. Forcément réducteur et caricatural, voici quelques types de personnalités (empruntés à la revue Information-Évangélisation, 6 décembre 1995). L’intérêt est de proposer quelques pistes pour ne pas bloquer un groupe mais au contraire s’appuyer sur les différentes personnalités.

Le râleur, la râleuse

Le râleur n’est jamais content ! Il est boudeur. Il voit toujours une faille possible. Il argumente sans fin. En fait, il est craintif et a peur de choisir une option. Il a besoin d’être rassuré plutôt que convaincu. Écoutez-le, essayez l’humour, l’attention généreuse et la patience.

Le silencieux, la silencieuse

Ne laissez pas le silencieux dans son silence. Il est peut-être celui qui écoute le plus, et il a un avis à partager. Interrogez-le. Si nécessaire parlez-lui en privé et sollicitez son avis.

A éviter : « Vous qui ne dites rien, quel est votre avis … ? »

L’indécis, l’indécise

L’indécis ne sait pas. Pour lui tout va bien, il ne voit pas pourquoi on se pose des questions. De toutes façons ce que pense l’animateur, c’est ce qu’il pense aussi ! Sollicitez son avis, proposez-lui des réponses à choix multiples pour l’aider à se déterminer.

L’agresseur, l’agressive

L’agresseur s’emporte, et parfois se contrôle mal et peut le regretter profondément.

Soyez patient, la colère est une tempête passagère. Cherchez le ressenti personnel, peut-être la peur ou la souffrance, qu’il exprime par la colère. Reformuler (voir Théorie Reformulation) les propos qui expriment sont point de vue. Ne cherchez pas à le convaincre. Essayez : « Je vois que vous êtes très en colère et nous avons tous entendu vos arguments, mais il y a aussi d’autres avis sur ce sujet ».

Le savant, la savante

Le savant est un proche voisin de celui–qui–a–réponse-à-tout ! Rien ne semble le surprendre pourvu que tout se déroule dans le cadre qu’il connaît. Ce qui est prévu peut se faire, ce qui n’est pas prévu s’étudie (en général longuement).

Ne cherchez pas à lui proposer plus de frivolité. Montrez-lui que le projet en question peut aussi entrer dans son cadre, il sera rassuré. Pour lui, il est important que les choses soient autorisées.

Le/la retardataire

Ne faites pas semblant de ne pas voir le retardataire ! Prenez le temps de le saluer, de l’accueillir et de l’intégrer dans le groupe. Peut-être son retard est-il dû à la fatigue ou une baisse de motivation. Raisons de plus pour lui accorder de l’attention.

Vous pouvez profiter de cette arrivée pour faire le point dans le déroulement de la réunion, sur l’état de la discussion, (en reformulant l’essentiel), intégrer le retardataire et relancer la discussion auprès de tous les participants.

Les bavards, bavardes

Les bavards sont parfois insupportables !

Ne faites pas semblant de ne pas les avoir entendus. Alors n’hésitez pas : « Je vois que vous discutez entre vous, voulez-vous nous faire partager votre échange ?».

Soit il s’agit du thème de la réunion et il y aura apport à la discussion, soit la conversation est privée et elle prendra vraisemblablement fin aussitôt.